•  Lucrèce Borgia (Lucrezia Borgia)

    Lucrèce Borgia

    Lucrèce Borgia peinte par Bartolomeo Veneto

     

    Elle a vécu dans l'ombre de son père, son frère, ses maris... À travers eux, se dévoile le visage d'une érudite.

    Oubliez le mythe d'intrigante et de débauchée... Cette représentation de Lucrèce Borgia, née à Subiaco (Italie) le 18 avril 1480 et décédée à Ferrare (Italie) le 24 juin 1519, a été forgée par ses ennemis de sa famille et entretenue par la littérature.

    Voici un portrait plus réaliste, à travers les hommes qui ont forgé son destin *.

    Son père

    Né dans une famille noble espagnole, Rodrigo de Borja (Borgia en italien) devient cardinal, tout en ayant des liaisons et des enfants. Élu pape en 1492, il prend le nom de Alexandre IV. Le pontife adore sa fille Lucrèce, mais il l'instrumentalise dans ses alliances politiques en la mariant à des aristocrates italiens. L'homme d'État souhaite bâtir une dynastie. « Alexandre IV a continué et développé la coutume inaugurée par Innocent VIII de marier sa descendance féminine. C'est pourquoi le clergé tout entier s'applique à la procréation », assura un chroniqueur de l'époque, Stefano Infessura. Son décès en 1503 sonne le glas de la toute-puissance des Borgia. Mais Lucrèce peut enfin savourer le goût de la liberté !

    Son frère

    César est l'un des quatre enfants de Rodrigo et de sa maîtresse, Vannozza Cattanei. Nommé cardinal, l'ambitieux, qui inspira Machiavel pour écrire Le Prince, dirige l'armée pontificale à la mort de son frère Giovanni... « Il inspirait la terreur à une grande partie de l'Italie, car on savait que son avidité n'avait ni bornes ni freins d'aucune sorte », relatait l'historien de l'époque Francesco Guicciardini. Marié à Charlotte d'Albret, César reste proche de Lucrèce, qui le craint. Suspectés d'inceste, le frère et la sœur auraient en fait regardés des orgies ensemble sans y participer. Certains prétendent que César était amoureux de Lucrèce, dont il a fait tuer des amants et un mari, Alphonse d'Aragon. Mais le mystère demeure...

    Ses maris et amants

    La bella ragazza eut trois époux. Le premier, Giovanni Sforza (d'une grande famille de Milan), l'épouse en 1493, mais, se sentant menacé de mort, sera contraint de fuir Rome... Un an plus tard, Alphonse d'Aragon (fils naturel du roi de Naples) lui passe la bague au doigt. Tous deux sont amoureux, mais le jeune homme meurt étranglé par un serviteur de César Borgia, en 1500. Dévastée , la belle est pourtant unie quelques mois plus tard à Alphonse Ier d'Este (futur duc de Ferrare).Mais la jeune femme a aussi entretenu des relations extraconjugales, dont certaines passionnées, comme avec Pietro Bembo, un jeune lettré brillant. Amore, amore...

    Ses artistes

    Amatrice d'arts et esprit éclairé de son temps, Lucrèce s'entoure d'humanistes, de sculpteurs, de peintres... Ainsi, Érasme lui donne des conseils ; Titien réalise pour elle plusieurs œuvres ; et le poète l'Aristote écrit à son propos ; « Que dirais-je de Lucrèce Borgia ? Ses attraits, sa vertu, sa fortune s'accroîtront de jour en jour. J'admire sa beauté sans pareille, son extrême prudence ; elle surpasse toute perfection. » Une belle ode à sa muse et mécène, qui s'éteindra en couches à l'âge de 39 ans.

    * Voir l'exposition Les Borgia et leur temps au musée Maillol, à Paris, jusqu'au 15 février.

    www.museemaillol.com

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique