• Cimetière du Père Lachaise, 1909. Lors des obsèques du cofondateur des Grands magasins du Louvre, la foule siffle le cortège.

    Pourtant, des années auparavant alors qu’Alfred Chauchard imagine son enterrement, il est loin de penser que son cercueil sera ainsi hué !

    Ce millionnaire avait préparé ses propres funérailles en grande pompe. Il voulait être enterré avec une veste ornée de perles précieuses, après une longue procession comportant cinq chars remplis de fleurs. 

     

    Un peu mégalomane ?
     

    Henri Weigele, Buste d'Alfred Chauchard, vers 1903, marbre, Musée d'Orsay, Paris 

     

    En outre, ce passionné d’art souhaitait que ses amis encadrent le cortège. Chacun porterait un de ses tableaux favoris, le célèbre Angelus de Millet en tête !

    Le collectionneur possède en effet plus d’une centaine d’œuvres originales de peintres fameux, Millet ou Delacroix. 

     

    Un peu mégalomane ?
     

    Jean-François Millet, L’Angélus, 1857-1859, huile sur toile, 55.5 × 66 cm, legs Chauchard, Musée d’Orsay, Paris 

     

    L’ouverture du testament met à mal ce projet. Aux Grands magasins du Louvre, ses employés se réjouissaient, pensant être les héritiers du millionnaire.
    Il n’en est rien : leur ancien patron se montre très radin avec eux, préférant léguer sa colossale fortune à un ancien ministre !
     

     

    Un peu mégalomane ?
     

    Grands Magasins du Louvre, vers 1890 

     

    Quant à la collection de tableaux, elle est donnée au musée du Louvre. A l’époque, ce sont effectivement de généreux mécènes comme Chauchard qui enrichissent le musée…

    Furieux et s’estimant lésés, les salariés suivent le convoi funéraire dans une ambiance tendue. Quant aux Parisiens, agacés par cette débauche de luxe, ils se mettent à huer le cercueil…

    Pourtant, sans Chauchard, il serait difficile d’admirer ces tableaux, aujourd'hui au musée d'Orsay ! 

     

    Un peu mégalomane ?

    Funérailles d'Alfred Chauchard, 10 juin 1909, carte postale 

     

    Un peu mégalomane ?

    Eugène Delacroix, La Chasse au tigre, 1854, huile sur toile, 73 x 92,5 cm, legs Chauchard, Musée d’Orsay, Paris 

     

    Article paru dans Artips 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique