• Des mensurations parfaites

    Où l’on fait la connaissance d'un homme idéal.

    C’est l’une des œuvres les plus célèbres de Léonard de Vinci : le dessin d’un homme nu, dont les membres dédoublés s’inscrivent à la fois dans un carré et dans un cercle. L’Homme de Vitruve fascine et laisse songeur… Qu’est-ce qui se cache derrière ce chef-d’œuvre de la Renaissance italienne ?

    C’est bien simple, pour Léonard, voilà l’homme idéal ! Il l’a représenté avec des proportions calculées de manière mathématique, pour que son corps puisse s’inscrire dans les deux formes géométriques « parfaites » que sont le carré et le cercle. Même son nombril est au centre du cercle !

     

    Des mensurations parfaites

    Léonard de Vinci, L’Homme de Vitruve, 1492, plume et encre sur papier, 34,3 x 24,5 cm, Galerie de l’Académie, Venise Voir en grand 

     

    Par ce dessin, Léonard de Vinci illustre la philosophie humaniste de la Renaissance, où l’homme est la mesure de toute chose. La preuve ? Il délimite par de petits traits des parties du corps de L’Homme de Vitruve. Elles peuvent servir à tout mesurer, en pas, en brassées, en paumes, etc.

    Puis, dans le texte sous son dessin, Léonard détaille soigneusement ce système de mesure.

     

    Des mensurations parfaites

    Détail de l'œuvre

     

    Et alors, pourquoi « Vitruve » ? Parce que ce système, Léonard ne l’a pas inventé. Il s’inspire d’un traité d’architecture antique rédigé par un certain Vitruve, où ce dernier décrit justement comment un corps humain idéal peut servir d’unité de mesure pour construire des édifices.

     

    Des mensurations parfaites

    Sébastien Leclerc, Vitruve présentant son ouvrage De Architectura à l'empereur Auguste, vers 1684, gravure

     

    Pourtant, ce système de mesure est difficile à appliquer. Car si cela fonctionne avec L'Homme de Vitruve, c’est parce que ses proportions sont parfaites. Sauf que cela n’existe pas en vrai…

    Chaque être humain a une taille et une morphologie différentes. Par conséquent, il est impossible de se baser sur un corps « normal » pour concevoir des édifices.
    Léonard de Vinci, également anatomiste et pratiquant des dissections, ne pouvait pas l’ignorer !

     

    Des mensurations parfaites

    Léonard de Vinci, Autoportrait présumé, vers 1512, craie rouge sur papier, 33 x 21 cm, Bibliothèque royale de Turin Voir en grand

     

    Pour en savoir plus :

    Léonard avait plusieurs casquettes : peintre, inventeur, ingénieur, mais aussi botaniste, anatomiste... Et LE lieu où découvrir toutes ces facettes, c’est le Clos Lucé à Amboise, où le génie de la Renaissance a fini ses jours au service de François Ier.
    Dans cet écrin boisé du Val de Loire, l'atelier de Léonard est minutieusement reconstitué, les jardins font écho à ses travaux de botanique, ses dessins prennent vie sous la forme de machines et de grandes toiles aériennes...

    http://vinci-closluce.com/fr 

     

    Des mensurations parfaites

    L'anatomie du cheval, Parc Léonard de Vinci, Château du Clos Lucé, Amboise, photo : Léonard de Serres

    Visiter le Clos Lucé le jour… ou lors des nocturnes de l’été

    http://www.vinci-closluce.tickeasy.com/Information.aspx 

     

    Et vous, quel Léonard êtes-vous : peintre, philosophe, scientifique ou organisateur de fêtes ? Pour le savoir, faites vite ce test ! 

    En plus de vous amuser, vous pourrez gagner des laissez-passer pour le Clos Lucé voire un week-end dans le Val de Loire sur les traces de Léonard de Vinci !

     

    Des mensurations parfaites

    Article paru dans Artips


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :