• Il y a 115 ans... Le Figaro visitait un centre d’accueil de SDF

    Il y a 115 ans... Le Figaro visitait un centre d’accueil de SDF


    En 1901, Le Figaro dresse un bilan de l’action de l’Œuvre de l’hospitalité de nuit. Cette association caritative a accueilli près de 70.000 sans-abris l’année précédente.

    Il y a 115 ans... Le Figaro visitait un centre d’accueil de SDF



    Dans son édition du 25 mars 1901, Le Figaro se penche sur l’action d’une association caritative, l’Œuvre de l’hospitalité de nuit récompensée un an plus tôt par une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1900. Durant son assemblée générale annuelle, l’organisation publie des chiffres très détaillés sur ses réalisations.

    On apprend ainsi qu’au cours de l’année 1900 « l’œuvre a hospitalisé 65.211 hommes, 3412 femmes et enfants. Cela représente, le coucher et le pain ou la soupe donnés pour 206.812 nuits, chaque hospitalisé pouvant rester trois nuits. Il y a eu cette année 4000 hospitalisés de plus que l’année précédente; tant de gens sont venus à Paris pour voir l’Exposition ou pour y occuper un emploi, qui se sont trouvés à un moment donné sans pain et sans asile. Ne faut-il pas toujours, avec les plus beaux succès, faire la part des déconvenues individuelles ? »

    Par ailleurs, l’association dresse des statistiques par nationalité, notant qu’elle a recueilli « 27 Abyssins, 64 Australiens, 187 Égyptiens, 122 Sénégalais et 259 Turcs ». Elle relève également leur activité professionnelle dans un inventaire à la Prévert. « Ce sont naturellement les ouvriers qui sont les plus nombreux, note Le Figaro, 14.052 journaliers, 2226 terrassiers. Puis viennent tous les corps de métiers et aussi les professions libérales : 9 musiciens, 8 pianistes, 21 étudiants, 7 hommes de lettres, 6 journalistes, 131 professeurs, 80 artistes dramatiques ou lyriques et même 24 interprètes ».

     

    Association en déficit

    Afin d’attirer des dons supplémentaires, l’association « qui s’est trouvée en déficit cette année, sur les recettes courantes » fait visiter ses locaux suscitant l’enthousiasme débordant du journaliste. « Ils sont si bien tenus ces asiles des pauvres, si propres, si aérés !, écrit le journaliste. C’est une merveille d’hygiène et presque de confortable : salle de douche, la douche est obligatoire, chaque soir, pour ceux qui peuvent la supporter, étuve pour les vêtements, casiers pour les outils et les paquets, lits de fer avec de bonnes couvertures, dortoirs chauffés, buanderie, dispensaire, etc. » L’auteur se laisse même aller à cette remarque : « On comprendra que plusieurs resteraient là volontiers, si on leur accordait plus de trois nuits, mais il faut bien faire de la place à d’autres. »

    Il y a 115 ans... Le Figaro visitait un centre d’accueil de SDF


     Il y a 115 ans... Le Figaro visitait un centre d’accueil de SDF


      Article paru dans le Figaro


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :