• La tombe de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise

    La tombe de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise


     

    Ne soyez pas étonnés si en vous baladant au cimetière du Père Lachaise, vous croisez quelques jeunes femmes à califourchon sur l’une des tombes de la division 92… C’est celle de Victor Noir, qui n’aurait jamais pu imaginer un tel succès !

     

    La mort injuste d’un innocent

    10 janvier 1870… Yvan Salmon journaliste, dit Victor Noir, se présente au 59, rue d’Auteuil chez le prince Pierre-Napoléon Bonaparte, cousin taciturne et tête brûlée de l’Empereur. Il accompagne son confrère Ulrich de Fonveille. Les deux hommes sont là en qualité de témoin d’un certain Pascal Grousset, qui, s’estimant diffamé par un article signé du prince, souhaite le provoquer en duel.

    C’était hélas sans compter sur l’impulsivité notoire de Pierre Bonaparte qui, fou de rage, s’empara d’un pistolet et tira sur Victor Noir qui n’avait rien demandé.

     

    La tombe de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise

    L’assassinat de Victor Noir © Vaillantitude

     

     

    Le soulèvement d’un peuple

    La mort brutale de ce jeune journaliste de 21 ans fut récupérée par tous les opposants au régime, comme le symbole de la répression impériale contre les libertés publiques. Pierre Bonaparte qui n’en est pourtant pas à sa première victime est sans surprise acquitté par la Haute Cour de Justice. Les Parisiens déplorent cette injustice et se réunissent en masse aux funérailles de Victor Noir (jusqu’ici inconnu au bataillon), le 12 janvier. Au total, plus de 100.000 personnes seront présentes au cimetière de Neuilly-sur-Seine pour honorer ce martyr.

     

    La tombe de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise

    Les obsèques de Victor Noir

     

    Cet épisode – a priori de l’ordre du simple fait divers – marquera en fait, pour le Second Empire, le début d’un mouvement anti-napoléonien de grand ampleur, considéré comme l’un des éléments déclencheurs de la Commune de Paris de 1871.

     

    Un symbole républicain

    21 ans après sa mort, devenu un véritable symbole républicain, Victor Noir est transféré au cimetière du Père Lachaise. En 1891, le sculpteur Jules Dallou édifiera sur sa tombe un flatteur gisant de bronze d’un réalisme déconcertant. Encore en bon état aujourd’hui, on peut voir l’impact de la balle sur sa poitrine, les coutures de ses gants, le chapeau qu’il a lâché en tombant à terre… et un certain gonflement au niveau de la braguette.

     

    Une tradition « nécro-romantique »

    Il y a une cinquantaine d’années, deux jeunes étudiantes intriguées par la proéminence de l’attribut viril de cette tombe, décident de lancer la rumeur que s’y frotter favoriserait la fertilité (ou développerait les chances d’avoir un bon amant dans l’année, selon les croyances). Depuis, de nombreuses femmes tentent régulièrement l’expérience, en témoigne la lustration des parties intimes de la tombe.

     

    La tombe de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise

    La tombe de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise

    La tombe de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise

    © Christophe Mourthé, 2003 – modèle : Dita Von Teese

    Article paru dans Paris Zig Zag


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :