• Où l’on découvre des lunettes qui font voir en couleurs

     

    2005, États-Unis. Au cours d’une partie de frisbee, le scientifique Don McPherson prête ses lunettes à un ami.

    En les chaussant, ce dernier se fige. Pour la première fois de sa vie, il est capable de percevoir la couleur orange des plots qui bordent le terrain… Mais que lui arrive-t-il ?

     

    En cliquant sur le lien ci-dessous vous verrez la différence :

     

    http://artips.fr/Sciencetips/newsletters/Daltonien_Lunette/Daltonien_Lunette_1_bis.gif 

     

    Différence entre la vision normale et un exemple de vision daltonienne (protanopie), Photo : Hitek

     

    L’homme est daltonien et les lunettes qu’il vient d’enfiler sont loin d’être des lunettes de soleil ordinaires ! Elles ont été développées par Don McPherson à destination des chirurgiens.
    Elles leur permettent de mieux distinguer les contrastes entre les différents tissus humains lors des opérations. Cependant, l’effet des lunettes sur son ami daltonien est totalement inattendu !

     

    La vie en rose !

    Exemple de planche du test d'Ishihara permettant de déceler le daltonisme (deutéranomalie). Le chiffre "2" devrait être clairement visible par des observateurs avec une vision normale des couleurs, photo: Sakurambo Voir en grand 

     

    Normalement, la perception des couleurs est possible grâce à un type de cellules de la rétine de l’œil appelé les cônes. Il existe trois types de cônes qui présentent chacun une sensibilité à la lumière : rouge, verte et bleue.

    Ainsi, lorsqu’une lumière (ou longueur d’onde) rouge pénètre dans l’œil, elle active les cônes rouges, ce qui envoie au cerveau le signal : je vois du rouge.

    La vie en rose !

    Schéma illustrant le cheminement de la lumière dans l'oeil et l'activation des cônes de la rétine, Schéma : Ask A Biologist Voir en grand 

     

    En revanche, chez son ami et comme pour la plupart des daltoniens, l’un de ces cônes ne fonctionne pas correctement. En cas de dysfonctionnement du cône vert par exemple, la lumière rouge va activer les cônes rouges, mais également les verts. On dit que les longueurs d’onde qui activent les deux cônes se « superposent ».

    Résultat, le cerveau reçoit un signal qu’il interprète comme : je vois du jaune (lumière rouge + lumière verte = lumière jaune).

     

    La vie en rose !

     Diagramme représentant le spectre d’absorption des 3 types de cônes (bleu, vert, rouge), Illustration Sciencetips Voir en grand 

     

    Après analyse, il s’avère que les lunettes de McPherson résolvent ce problème.

    Elles disposent d’un filtre qui empêche les longueurs d’onde de se superposer, permettant ainsi aux daltoniens de mieux distinguer les couleurs. On imagine que la vie a sûrement plus de saveur en couleur...

     

    La vie en rose !

     Illustration de la vision selon les différents types de daltonisme, Photo : Hitek

    Voir en grand 

    La vie en rose !

     Vidéo « C'est pas sorcier » : comment notre œil voit les couleurs

    https://www.youtube.com/watch?v=vQi3VMuzVjY&feature=youtu.be&t=757 

     

    Pour en savoir plus :

    Sur le daltonisme 

    Sur la vision 

    Article paru dans Sciencetips


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique