• Sous les arcades du 5 Rue de Castiglione Paris Ier, une belle boutique élégante et discrète à l'enseigne d’E.B. Meyrowitz

     

    Musée des lunettes


      Ambiance chaleureuse, boiseries de 1923

     

    Musée des lunettes


    Nous sommes chez un opticien, mais pas n'importe lequel !

     

    Musée des lunettes

    Cette maison a une histoire que nous allons découvrir en descendant cet escalier.

     

    Musée des lunettes

     

    Au sous-sol, un espace muséal raconte l'histoire de la maison Meyrowitz qui se confond souvent avec l'histoire des lunettes

     

    Musée des lunettes

     

    Musée des lunettes

     

    Des présentoirs, des vitrines exposent des outils d'opticien, des jumelles et bien sûr des lunettes !

     

    Musée des lunettes


     

    Au hasard des vitrines, vous reconnaîtrez quelques clients prestigieux - et leurs lunettes - comme les Kennedy, Woody Allen, Jacques Chirac ou Jean-Luc Delarue, et même PuYi, le dernier empereur de Chine. 

     

    Musée des lunettes

     

    Ici, Marcel Achard côtoie Sacha Guitry

     

    Musée des lunettes

     

    Plus d'info. sur le site de la maison : Clic ! 

     

    Musée des lunettes


     

    Musée des lunettes


     

    Ne le dites à personne, mais cet étui à lunettes en fer blanc est un must ! Pour l'obtenir, vous devrez vous inscrire sur une liste d'attente, surtout depuis qu'Inès de la Fressange en a parlé !

     

    Musée des lunettes

     

    Musée des lunettes


     

    Louis-Philippe, malgré d'excellentes lunettes, n'a pas vu arriver la révolution de 1848 !

     

    Musée des lunettes


     

    Musée des lunettes


     

    Meyrowitz fournit également les grands couturiers lors des défilés... Des modèles tout simples !

     

    Musée des lunettes


     

    Connaissez-vous les « goggles » ?

    Ce terme qui signifie « lunettes de protection » en anglais est devenu un best-seller de la maison Meyrowitz quand, dans les années vingt, ces protections brevetées équipèrent les premiers aviateurs (Lindbergh, Nungesser, Mermoz, Bastié), ainsi que les pilotes automobiles de la scuderia Ferrari comme sur la célèbre affiche de Géo Ham.

     

    Pourquoi l’emblème de l'entreprise est-elle un griffon ?

    Emil Bruno Meyrowitz est né en 1852 à Greifenhagen, en Poméranie (alors en Prusse), aujourd'hui Gryfino (en Pologne).

    Il a seize ans lorsqu'il part travailler en Russie.

    Il a vingt ans lorsqu'il décide de partir pour les Etats-Unis.

    Il a vingt-trois ans lorsqu'il s'établit comme marchand ambulant de lunettes dans les rues de New-York.

    Il a vingt-huit ans (en 1880) lorsqu'il ouvre son premier magasin à Albany (N-Y).

    Dès lors, c'est l'expansion : plusieurs boutiques à New-York et dans les USA, une usine, et le retour en Europe en 1922 avec l'ouverture de la première boutique parisienne.

    Mais vous lirez avec intérêt l'histoire de l'entreprise sur le site (Clic !)

     

    Et le griffon dans tout ça ?

    Le nom de la ville natale d’E.B. Meyrowitz - Greifenhagen - signifiait « le jardin aux griffons » !

     

    Musée des lunettes


     

    Ouverture du musée : visite guidée et gratuite

    – jeudi 17 novembre 2016 de 10h30 à 18h00

    – jeudi 15 décembre 2016 de 10h30 à 18h00

    Dates ultérieures : consulter le site.

    Je tiens à remercier tout particulièrement, Claude Pandar de l’Association Généalogique de Maisons-Alfort, d’avoir mis cet article en ligne.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique