• Mort de l'ancien président Sud-Africain

     

    Nelson Mandela

     

    Nelson Mandela 

    Nelson Mandela, héros la lutte contre le régime raciste d'apartheid et premier président noir de l'Afrique du Sud démocratique, est mort ce jeudi à l'âge de 95 ans. C'est ce qu'a annoncé le chef de l'Etat Jacob Zuma à la télévision.

    "L'ex-président Nelson Mandela nous a quittés (...) il est maintenant en paix. La Nation a perdu son fils le plus illustre", a déclaré le président Zuma lors d'une intervention en direct.

    "Nous t'aimerons toujours Madiba"

    "Il s'est éteint en paix (...). Notre peuple perd un père", a-t-il ajouté avant d'annoncer que les drapeaux seraient mis en berne à partir de vendredi et jusqu'aux funérailles d'Etat dont il n'a pas annoncé la date.

    "Exprimons la profonde gratitude pour une vie vécue au service des gens de ce pays et de la cause de l'humanité", a-t-il enchaîné. "C'est un moment de profond chagrin (...) Nous t'aimerons toujours Madiba".

    "Comportons nous avec la dignité et le respect que Madiba personnifiait", a ajouté Jacob Zuma, qui a utilisé le nom de clan du héros de la lutte contre l'apartheid, un nom utilisé familièrement par tous les Sud-Africains pour désigner leur idole.

    Obama salue un homme "courageux"

    "Une grande lumière s'est éteinte", a réagi le Premier ministre britannique David Cameron.Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a rendu un hommage appuyé à Mandela, saluant un homme "courageux, profondément bon".

    "Grâce à sa farouche dignité et à sa volonté inébranlable de sacrifier sa propre liberté pour la liberté des autres, il a transformé l'Afrique du Sud et nous a tous émus", a déclaré Barack Obama depuis la Maison Blanche.

    Un véritable culte

    Nelson Mandela, qui a fêté ses 95 ans le 18 juillet, avait été hospitalisé quatre fois depuis décembre, à chaque fois pour des récidives d'infections pulmonaires.

    Ces problèmes récurrents étaient probablement liées aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île-prison de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime raciste de l'apartheid.

    Absent de la scène politique depuis plusieurs années déjà, Madiba faisait l'objet d'un véritable culte qui dépassait largement les frontières de son pays.

    "Icône mondiale de la réconciliation"

    Tour à tour militant anti-apartheid obstiné, prisonnier politique le plus célèbre du monde et premier président noir de l'Afrique du Sud, il avait été qualifié par l'archevêque Desmond Tutu, autre prix Nobel de la paix pour son engagement contre le régime sud-africain, d'"icône mondiale de la réconciliation".

    Mandela restera dans l'histoire pour avoir négocié pied à pied avec le gouvernement de l'apartheid une transition pacifique vers une démocratie multiraciale.

    Et pour avoir épargné à son peuple une guerre civile raciale qui, au début des années 1990, paraissant difficilement évitable. Ce qui lui vaudra le prix Nobel de la paix en 1993, partagé avec le dernier président de l'apartheid, Frederik De Klerk.

    Il avait appris à comprendre ses adversaires

    Mandela a passé plus de vingt-sept ans en prison, de 1964 à 1990, devenant peu à peu devenu le symbole de l'oppression des Noirs sud-africains, tandis que le monde entier manifestait et organisait des concerts pour sa libération.

    Mais avant même d'être libéré, il avait appris à comprendre ses adversaires - allant jusqu'à apprendre leur langue, l'afrikaans, et leur poésie -, à pardonner, et à travailler avec eux. Une fois libéré, ils les a séduits par sa gentillesse, son élégance et son charisme.

    Sous les couleurs du Congrès national africain (ANC), Mandela a été le premier président de consensus de la nouvelle "nation arc-en-ciel", de 1994 à 1999. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique