• Oradour-sur-Glane

    Ce village tristement célèbre pour avoir été le théâtre de la barbarie nazie

    Plusieurs décennies après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le conflit le plus meurtrier du monde est encore dans toutes les mémoires. Mais en France, un village symbolise tout particulièrement la nécessité de ne pas oublier la barbarie dont l’Homme est capable : Oradour-sur-Glane. Le DGS vous présente l’histoire de cette cité devenue tristement historique. 

    Situé dans le département de la Haute-Vienne, en région Aquitaine, Oradour-sur-Glane n’est qu’à 25 kilomètres au nord-ouest de Limoges. Un banal village comme il en existe des milliers en France, du moins jusqu’en 1944. Car avant la Seconde Guerre mondiale et le sombre évènement qui frappa sa population, l’endroit avait tout d’une petite bourgade tranquille, avec ses commerces, ses écoles et ses Radounauds, nom donné aux habitants du lieu.

     

    Oradour-sur-Glane

    Oradour-sur-Glane via Shutterstock

     

    A l’heure du débarquement de Normandie commence un déchaînement de brutalité allemande 

    Lorsqu’éclate le plus dramatique conflit armé du XXème siècle, les Radounauds sont comme la plupart des Français, attirés par un désir de paix incarné par le Régime de Vichy et la collaboration franco-allemande. Mais rapidement, les exactions de l’occupant nazi révoltent le fier peuple tricolore, qui s’organise et forme la Résistance. A Oradour-sur-Glane, comme partout en France, les regards se portent désormais vers la libération prochaine.

    Ce vent changeant, l’occupant le perçoit dès 1943. Cette année-là, les Alliés commencent déjà à prendre le dessus sur l’ennemi et contrôlent notamment l’Afrique du Nord, mais progressent également sur le front Est, comme en Russie. Alors en juin 1944, à l’heure du débarquement en Normandie, nombreux sont les nazis à anticiper une défaite de la Wehrmacht. Commence dès lors un déchaînement de brutalité allemande, essentiellement dirigé contre les résistants, mais pas seulement.

     

    Oradour-sur-Glane

     

    A Oradour-sur-Glane, les nazis exécutent 642 innocents

    En avril 1944, la 2ème division blindée SS Das Reich est envoyée du front Est au front Ouest. Une manière, pour l’état-major nazi, de reposer ces soldats qui combattent depuis des mois dans le froid et la violence extrême du front russe. Désormais basés en France, ils luttent activement contre les résistants français, qu’ils nomment « terroristes ». Et pour accomplir leur tâche, les combattants allemands n’hésitent pas à se livrer à de sanglantes représailles contre la population civile.

    Pour insuffler la peur aux occupés et réduire à néant tout espoir de résistance durant leur déplacement vers la Normandie, toute récemment attaquée, les soldats allemands prennent la décision de détruire Oradour-sur-Glane et d’exterminer ses habitants. Se met alors en place une organisation impitoyable qui consiste à séparer les hommes des femmes et des enfants. Puis froidement, les nazis exécutent 642 personnes innocentes.

     

    Oradour-sur-Glane

    Oradour-sur-Glane via Shutterstock

     

    Le massacre d’Oradour-sur-Glane reste à ce jour le plus grand massacre de civils perpétré en France par les troupes allemandes. Mais ce funeste événement eut, et a encore, une portée bien plus importante. Au cours des décennies qui suivirent, nombre de procès furent ouverts, cherchant à déterminer la responsabilité des uns et des autres, mais cherchant surtout à punir les responsables.

    En France, plus particulièrement, la société civile d’après-guerre fit face à un dilemme moral. En cause, le rôle des « Malgré nous », ces Français d’Alsace et de Moselle incorporés de force dans l’armée allemande et impliqués dans la tuerie de Oradour-sur-Glane. Se posa la question de leur responsabilité, puis de leur punition. Enfin, vint le temps du devoir de mémoire, long et douloureux.

     

    Oradour-sur-Glane

    Oradour-sur-Glane via Shutterstock

     

    En 1999, le président d’alors, Jacques Chirac, inaugura le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane. Un édifice qui remémore l’horreur des crimes commis par les nazis et rappelle tristement l’importance de la paix. Non loin du bâtiment, à quelques centaines de mètres, se dresse le nouvel Oradour-sur-Glane, symbole que la France est tombée mais s’est relevée plus forte. Les ruines du passé, elles, sont toujours là et furent classées monument historique en 1945. Elles restent l’emblème d’un village martyr qui vivait autrefois à Oradour-sur-Glane.

    L’histoire d’Oradour-sur-Glane, aussi poignante et funeste soit-elle, doit être rappelée. Car comme les ruines de l’ancien village, cette horrible expérience rappelle les atrocités dont l’Homme se rend parfois coupable, mais aussi, plus important encore, la nécessite de la paix.

    Article paru dans Daily Geek Show


  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Novembre à 20:18

    Les SS étaient une armée politique, n' y entraient que des volontaires qui prêtaient le serment de fidélité à Hitler au cours d' une cérémonie publique. Par conséquent je ne crois pas à cette histoire de " malgré nous " Je précise dans la SS. Les gens d' Oradour sur Glane n 'y croient pas non plus . Un fait avéré certain: se sont en particulier des SS alsaciens qui ont exécuté les ordres de massacrer toute la population. Ces gens n' ont jamais été puni à part quelques lampistes de (mémoire 4).. dont le plus franc a été exécuté. Les survivants par représailles devant cette l’acheté des politiques ont refusé après la guerre, toutes manifestations, tous les honneurs et distinctions. Ils  n' ont reçu uniquement que le général de Gaulle.Aujourd'hui je pense que la rancune n' est pas éteinte...               

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :