•  

    Les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à grande vitesse à cause de l’activité humaine

     

    Oiseaux des campagnes françaises

     

    Le long des routes de campagne, il est fréquent de croiser des oiseaux qui animent de leur chant notre environnement. Cependant, ces sons si mélodieux pourraient bientôt n’être qu’un lointain souvenir. La France est en train de connaître une disparition massive de ses oiseaux de campagne. Le problème est tel qu’on approche la catastrophe écologique, les pratiques agricoles sont directement pointées du doigt.

     

    Un problème qui s’intensifie depuis 15 ans

    Dans les années 90, un suivi de l’évolution des réseaux d’oiseaux sur le territoire français a été mis en place. Les résultats de ce suivi ont été dévoilés le 20 mars par Le Muséum national d’histoire naturelle et le CNRS, et ils sont alarmants. Depuis le début du suivi, les chercheurs ont observé une disparition dangereusement inquiétante de nombreuses espèces d’oiseaux de nos campagnes. En seulement quinze ans, la population a réduit d’un tiers, et ce phénomène s’intensifie depuis 2008.

    Il serait lié à « une période qui correspond, entre autres, à la fin des jachères imposées par la politique agricole, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes ». Les néonicotinoïdes sont des insecticides notamment responsables du déclin des abeilles et aujourd’hui, les oiseaux en sont aussi victimes.

     

    Oiseaux des campagnes françaises

     

    Quelles espèces sont touchées ?

    Les campagnes abritent de nombreuses espèces d’oiseaux et l’on pourrait supposer que seules certaines d’entre elles sont concernées par cette disparition inquiétante. C’est le cas par exemple de la perdrix qui serait déjà virtuellement éteinte pour les chercheurs : « on note de 80 % à 90 % de déclin depuis le milieu des années 1990, mais les derniers spécimens que l’on rencontre sont issus des lâchers d’automne, organisés par les chasseurs, et ils ne sont que quelques rescapés ».

    Pourtant, même les espèces ne vivant pas spécialement dans des milieux agricoles, à l’image du merle, de la tourterelle ou encore du pinson, sont aussi victimes de ce phénomène. Ces cas révèlent une situation plus qu’inquiétante. Comme les oiseaux se portent mal, l’ensemble de la chaîne alimentaire est touché. Pire encore, le scénario est le même dans d’autres pays européens.

     

    Oiseaux des campagnes françaises

     

    L’agriculture responsable de cette situation ?

    Plusieurs pays ont essayé d’agir pour inverser cette tendance qui a fortement progressé à la fin des années 2000. Le Royaume-Uni, la Suède et les Pays-Bas tentent d’inverser la tendance, en vain. La disparition des oiseaux est liée, d’après les spécialistes, à l’utilisation de certains néonicotinoïdes, en particulier sur le blé. Cela a conduit à la disparition massive d’insectes.

    « Or, de nombreuses espèces d’oiseaux granivores passent par un stade insectivore au début de leur vie. La disparition des invertébrés provoque donc naturellement un problème alimentaire profond pour de nombreuses espèces d’oiseaux et ce problème demeure invisible : on va accumuler de petites pertes, nid par nid, qui font que les populations ne sont pas remplacées », comme l’a expliqué Christian Pacteau, référent pour la biodiversité à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). En plus de la disparition des insectes, il y a également moins de plantes et de graines, tout aussi indispensables au développement des oiseaux…

    Si rien n’est fait, cette tendance continuera à s’amplifier, nous menant à une véritable catastrophe écologique.

     

    Oiseaux des campagnes françaises

     

    Article paru dans Daily Geek Show


    votre commentaire
  • En Bretagne, le roseau représente l’avenir des constructions écologiques

    En Bretagne, les maisons ne sont pas toutes en pierre, garnies de volets colorés, ou surmontées d’un toit de chaume. À Vannes par exemple, Mireille Avril a préféré aux matériaux traditionnels un curieux mélange de bois et de roseau. Célébré par La Fontaine pour sa grande souplesse, le roseau pourrait bien rejoindre le chanvre, la paille et le bois au rang des bio-matériaux.

     

    Une filière d’avenir 

    L’idée d’utiliser le roseau comme matériau de construction revient entièrement à Mireille Avril. Cette ingénieure de 50 ans, reconvertie dans l’éco-conception, milite pour l’implantation d’une filière roseau dans toute la Bretagne, depuis la culture jusqu’à la construction de logements. Un projet audacieux et singulier qui n’a pas manqué de susciter la curiosité de l’Université Bretagne-Sud. Le département d’ingénierie des matériaux de l’établissement et Mireille Avril travaillent de concert à recenser les différentes propriétés de cette plante beaucoup plus robuste qu’elle n’en a l’air.

    « Les roselières poussent très vite, sans empiéter sur les terres agricoles, et sans engrais chimique. Là où il faut 30 à 40 ans pour renouveler un arbre, il faut un an pour un roseau » Mireille Avril.

    Malgré son apparence frêle et chétive, le roseau est extrêmement résistant aux intempéries; un atout non négligeable en Bretagne. Sans pour autant affirmer qu’il y pleut tout le temps, la météo peut s’y montrer redoutable… Non content d’être un authentique David Végétal, le roseau sert aussi à filtrer les eaux de la région qui terminent leur course dans la mer. Mais sa plus grande qualité demeure sans doute son omniprésence dans les terres bretonnes, particulièrement friand des marais situés à proximité du Golfe du Morbihan.


    En Bretagne, le roseau représente l’avenir des constructions écologiques
     

    La maison roseau, futur de l’écologie ? 

    Dirigeante de la société RizHome, Mireille Avril a lancé dès 2016 la construction d’une première maison entièrement bâtie grâce au roseau, à Saint-Nolff dans le Morbihan. Le roseau est alors utilisé de deux manières : en bottes pour le bardage de la façade, et broyé pour l’utiliser comme isolant extérieur – une purée de roseau placée dans un coffrage de plusieurs centimètres d’épaisseur. Pas moins de 5 tonnes de roseaux sont nécessaires à la construction d’une bâtisse de 130 mètres carrés, dont le prix est d’ailleurs similaire à celui de pavillons plus « conventionnels ». Seul petit bémol : la façade extérieure est à renouveler tous les 80 ans.

    « Le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable et local. Nos maisons ne produisent aucun déchet et possèdent une haute performance énergétique, qui en font presque des maisons passives » Mireille Avril.

    Portée par le succès de sa toute première création, Mireille Avril espère bien démocratiser l’utilisation du roseau comme matériau de construction via l’implantation de filières dédiées où le roseau prolifère; depuis le repérage de roselières exploitables, jusqu’à la formation aux métiers spécialisés, en passant par la fabrication de machines de coupe solaires. L’ambitieux projet de Mireille Avril s’est même attiré les faveurs de la région Bretagne, qui lui prodigue soutien technique et financier pendant les 18 prochains mois. Ne reste plus qu’à prouver aux investisseurs privés que le roseau est le matériau de demain.

     

    En Bretagne, le roseau représente l’avenir des constructions écologiques

     

    Article paru sur Daily Geek Show


    votre commentaire
  • Margaret Hamilton n’était pas censée inventer le concept du logiciel moderne et permettre aux hommes de poser le pied sur la Lune… mais c’est pourtant ce que cette savante de génie a fait. Découvrez l’incroyable destin de cette femme hors du commun, qui a énormément apporté au projet Apollo et dont les recherches ont révolutionné le monde digital.

    Nous sommes en 1960 aux États-Unis. Margaret Hamilton a 24 ans et vient d’obtenir un poste de programmeur au Massachusetts Institute of Technologie. Avec ce travail, elle espère pouvoir financer les études de son mari à Harvard Law, qui lui renverra ensuite l’ascenseur pour qu’elle obtienne un diplôme d’études supérieures en mathématiques.

    Au même moment, le programme spatial Apollo est mis sur les rails, et l’informaticienne de génie va réaliser d’incroyables exploits dans son laboratoire du MIT, en changeant à jamais ce qu’il est humainement et numériquement possible de faire.

     

    La femme sans qui l’Homme ne serait jamais allé sur la Lune

     

    Le profil de Margaret Hamilton est plutôt atypique dans l’Amérique conservatrice des années 60, où le rôle de la femme se résume souvent à élever les enfants. Cette mère d’une fillette de quatre ans, prénommée Lauren, n’hésite pas à l’emmener avec elle dans les laboratoires du MIT lorsqu’elle travaille tard le soir et les week-ends. Ces interminables journées de travail vont lui permettre de créer les algorithmes nécessaires au fonctionnement du système embarqué du programme Apollo.

    Margaret adore l’esprit de camaraderie qui règne au sein des labos du MIT, les blagues de geek qui fusent sans arrêt, et les longues discussions enflammées autour d’un bon verre une fois la journée terminée. Dans les couloirs du célèbre institut de recherche, peu de gens se doutent de son importance, mais dans le labo, elle est un membre à part entière de l’équipe, une composante indispensable à son fonctionnement.

    Malheureusement, à l’instar des nombreuses femmes travaillant dans le domaine de l’industrie et de la technologie, Hamilton est confrontée au sexisme ambiant de l’époque, et sa contribution aux projets importants auxquels elle participe n’est que peu mise en avant. Un comble quand on sait que ses travaux vont permettre la création du logiciel informatique, au sens moderne du terme.

    En 1961, le monde du logiciel est sur le point de changer du tout au tout avec le programme Apollo lancé par John F. Kennedy, et il en va de même pour la carrière de Margaret Hamilton. Elle et ses collègues du MIT inventent les concepts de base de la programmation informatique, et écrivent le code qui va permettre de créer le premier ordinateur portable au monde.

    Hamilton devient une véritable experte en programmation, à une époque où cette science n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements. C’est elle qui va la codifier et bâtir les fondations sur lesquelles s’appuient encore aujourd’hui les logiciels du marché.

     

    La femme sans qui l’Homme ne serait jamais allé sur la Lune

     

    Plus d’une décennie avant la naissance de Microsoft, le concept du logiciel reste extrêmement vague et n’est même pas inclus dans le budget du programme Apollo. Mais à mesure que le projet progresse, la NASA prend conscience qu’il jouera un rôle central dans la réussite des missions spatiales et lunaires. En 1965, Hamilton devient officiellement directrice du département génie logiciel du MIT Instrumentation Laboratory, chargé de concevoir le système embarqué du programme Apollo.

    Cette période riche en avancées scientifiques et technologiques ne laisse que peu de répit à Margaret Hamilton. La pression qui pèse sur ses épaules est énorme, et il n’est pas rare qu’elle passe des nuits entières à plancher sur son code.

    À la mi-1968, plus de 400 personnes travaillent sur le logiciel d’Apollo, car il représente le sésame qui permettra à l’Amérique de distancer l’URSS dans leur course à la Lune. Une réalisation qui définira complètement le monde digital tel que nous le connaissons aujourd’hui, dont l’industrie logicielle pèse à l’heure actuelle plus de 400 milliards de dollars.

    La programmation de l’époque consiste en fait à perforer des piles de cartes qui sont ensuite traitées par un ordinateur central géant baptisé Honeywell, chargé de simuler le fonctionnement de l’atterrisseur Apollo. Une fois le code éprouvé, il est transmis à un groupe de couturières expertes qui filent des fils de cuivre à travers des anneaux magnétiques (1 en code binaire), ou les contournent (0 en code binaire).

    Bien avant l’invention de la mémoire vive et des lecteurs de disquettes, la mémoire du système embarqué du programme Apollo est littéralement câblée… et presque indestructible.

    Les vols d’Apollo vont nécessiter l’utilisation de deux machines quasi-identiques : la première sera intégrée au module lunaire, et la seconde au module de commande qui permet de transporter les astronautes depuis la Terre. Ces ordinateurs portables pesant chacun 70 kilos sont uniques en leur genre : ils sont notamment les premiers à utiliser des circuits intégrés plutôt que des transistors, et à intégrer une technologie de pilotage automatique, précurseure de celle employée aujourd’hui par nos avions de ligne.

     

    La femme sans qui l’Homme ne serait jamais allé sur la Lune

     

    Le système est capable de stocker plus de 12.000 instructions dans sa mémoire permanente (les fameuses cordes de cuivre patiemment filées par les couturières), et 1.024 dans sa mémoire temporaire et effaçable. Et si cette technologie semble aujourd’hui complètement archaïque, c’est bien elle et le logiciel codé par Hamilton et son équipe qui vont permettre à Neil Armstrong de poser le pied sur la Lune.

    Nous sommes le 20 juillet 1969, seulement quelques minutes avant que le Module Aigle d’Apollo 11ne se pose sur la Mer de la Tranquillité. Durant cette phase critique de la mission, l’ordinateur Apollo commence à afficher des messages d’erreur particulièrement inquiétants. Cela est en réalité dû à des calculs inutiles à la réussite de l’alunissage qui submergent sa mémoire. Mais grâce au traitement asynchrone de l’ordinateur et au code patiemment développé par Margaret Hamilton et son équipe, le logiciel fait fi de ces erreurs et donne la priorité aux opérations indispensables à l’alunissage : la mission est couronnée de succès.

    Quelques années plus tôt, sa fille avait accidentellement lancé un programme de pré-lancement baptisé P01 en jouant avec les touches du terminal alors que le simulateur était en plein vol. Persuadée que cela pourrait arriver à un astronaute, Hamilton avait proposé d’ajouter du code pour éviter le crash, une proposition rejetée par la NASA qui estimait que ses astronautes étaient parfaits et ne commettraient pas d’erreurs.

    Mais c’est précisément ce qui allait se produire fin 1968, seulement cinq jours après le vol historique d’Apollo 8 qui avait orbité pour la première fois autour de la Lune. L’astronaute Jim Lovell enclenchait accidentellement la commande P01 durant le vol, et toutes les données de navigation collectées devant lui permettre de revenir sur Terre étaient effacées. Hamilton et son équipe redoublaient d’efforts, et parvenaient finalement à télécharger de nouvelles données de navigation depuis Houston.

     

    La femme sans qui l’Homme ne serait jamais allé sur la Lune

    Margaret décorée de la Medal of Freedom par Obama

     

    Les travaux de Margaret Hamilton ont été non seulement indispensables à la conquête spatiale et à la réussite des missions Apollo, mais ont aussi posé les bases du monde digital tel que nous le connaissons avec l’invention du logiciel informatique. Une contribution essentielle encore largement sous-estimée aujourd’hui.

    Article paru dans Daily Geek Show


    votre commentaire
  • Où l’on découvre des lunettes qui font voir en couleurs

     

    2005, États-Unis. Au cours d’une partie de frisbee, le scientifique Don McPherson prête ses lunettes à un ami.

    En les chaussant, ce dernier se fige. Pour la première fois de sa vie, il est capable de percevoir la couleur orange des plots qui bordent le terrain… Mais que lui arrive-t-il ?

     

    En cliquant sur le lien ci-dessous vous verrez la différence :

     

    http://artips.fr/Sciencetips/newsletters/Daltonien_Lunette/Daltonien_Lunette_1_bis.gif 

     

    Différence entre la vision normale et un exemple de vision daltonienne (protanopie), Photo : Hitek

     

    L’homme est daltonien et les lunettes qu’il vient d’enfiler sont loin d’être des lunettes de soleil ordinaires ! Elles ont été développées par Don McPherson à destination des chirurgiens.
    Elles leur permettent de mieux distinguer les contrastes entre les différents tissus humains lors des opérations. Cependant, l’effet des lunettes sur son ami daltonien est totalement inattendu !

     

    La vie en rose !

    Exemple de planche du test d'Ishihara permettant de déceler le daltonisme (deutéranomalie). Le chiffre "2" devrait être clairement visible par des observateurs avec une vision normale des couleurs, photo: Sakurambo Voir en grand 

     

    Normalement, la perception des couleurs est possible grâce à un type de cellules de la rétine de l’œil appelé les cônes. Il existe trois types de cônes qui présentent chacun une sensibilité à la lumière : rouge, verte et bleue.

    Ainsi, lorsqu’une lumière (ou longueur d’onde) rouge pénètre dans l’œil, elle active les cônes rouges, ce qui envoie au cerveau le signal : je vois du rouge.

    La vie en rose !

    Schéma illustrant le cheminement de la lumière dans l'oeil et l'activation des cônes de la rétine, Schéma : Ask A Biologist Voir en grand 

     

    En revanche, chez son ami et comme pour la plupart des daltoniens, l’un de ces cônes ne fonctionne pas correctement. En cas de dysfonctionnement du cône vert par exemple, la lumière rouge va activer les cônes rouges, mais également les verts. On dit que les longueurs d’onde qui activent les deux cônes se « superposent ».

    Résultat, le cerveau reçoit un signal qu’il interprète comme : je vois du jaune (lumière rouge + lumière verte = lumière jaune).

     

    La vie en rose !

     Diagramme représentant le spectre d’absorption des 3 types de cônes (bleu, vert, rouge), Illustration Sciencetips Voir en grand 

     

    Après analyse, il s’avère que les lunettes de McPherson résolvent ce problème.

    Elles disposent d’un filtre qui empêche les longueurs d’onde de se superposer, permettant ainsi aux daltoniens de mieux distinguer les couleurs. On imagine que la vie a sûrement plus de saveur en couleur...

     

    La vie en rose !

     Illustration de la vision selon les différents types de daltonisme, Photo : Hitek

    Voir en grand 

    La vie en rose !

     Vidéo « C'est pas sorcier » : comment notre œil voit les couleurs

    https://www.youtube.com/watch?v=vQi3VMuzVjY&feature=youtu.be&t=757 

     

    Pour en savoir plus :

    Sur le daltonisme 

    Sur la vision 

    Article paru dans Sciencetips


    votre commentaire
  • Les techniques du verre ont beaucoup évolué au fil du temps. Mais c’est au Moyen Âge que cet art a atteint son apogée. Que ce soit dans la conception ou les usages, le verre au Moyen Âge est aussi symbolique qu’utilitaire. 

    Des compositions différentes

    La composition du verre lui confère non seulement ses qualités de couleurs, de résistance ou de transparence, mais donne également des indications sur sa provenance. Ainsi, au début du Moyen Âge, ce sont encore les verreries antiques en provenance d’Italie et du proche Orient qui sont les plus présentes. Ce verre, riche en carbonate de soude d’origine marine, est très transparent et lumineux. Cependant, ses couleurs sont moins intenses.

     

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

    Détail de la rosace Nord de la cathédrale Notre-Dame de Chartres, France 

     

    Avec la chute de l’Empire romain d’Occident en 476, les commerces déclinent et les techniques de verrerie tombent dans l’oubli. Ainsi, à l’époque mérovingienne, les artisans verriers réutilisent des verres antiques pour leurs œuvres. On retrouve les verreries mérovingiennes dans les trésors d’églises, mais également dans les tombes.

    Devant la demande croissante de verre, les maîtres verriers découvrent de nouvelles techniques à base de cendre de végétaux ; le carbonate de soude est alors remplacé par du carbonate de potasse. Le verre ainsi obtenu est plus opaque, retient mieux les colorants mais est plus sujet à l’oxydation.

     

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

     Verrerie médiévale tchèque. Provenance : Les voyages de John Mandeville.- Manuscrit, début XVème siècle, British Museum, Londres.- Photo British Museum (Source : Les ateliers de verriers / Danièle Foy.- In : Les dossiers d’archéologie n° 143, décembre 1989.)

     

    Pour obtenir les couleurs, différents oxydes sont ajoutés à la pâte en fusion. L’oxyde de cuivre et le cobalt couvrent la gamme des bleus, le jaune canari s’obtient avec du sulfure de cadmium, le sélénium donne la couleur rouge mais il existe d’autres recettes. Ceux-ci s’intègrent de manière plus ou moins uniforme. Ainsi, le rouge est particulièrement difficile à homogénéiser et à fixer.

    On observe différentes techniques de soufflage du verre en Europe. Là où les Allemands vont souffler des cylindres qu’ils vont ensuite découper pour les aplanir, les Français soufflent des ballons dont le fond presque plat est découpé pour être rendu plat.

     

    L’art du vitrail

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

     Vitrail italien datant du Moyen âge

     

    Malgré la complexité et le coût exorbitant du verre au Moyen Âge, c’est à cette époque que débute l’art du vitrail. Emblématique de la période, les vitraux atteignent en quelques siècles une qualité technique et esthétique indiscutable.

    Les premiers vitraux, relativement basiques, consistaient en un assemblage de pièces de verre découpées et assemblées à l’aide de nœuds métalliques. Rapidement, le plomb permet des jointures plus solides. Alors que les baies des églises et des cathédrales se couvrent de verreries colorées, certains ordres monastiques, comme les cisterciens, préfèrent des vitraux entièrement transparents dont les ornements sont formés par les entrelacs du plomb.

    Si le vitrail est emblématique des églises, et plus particulièrement de l’art gothique, il se diffuse peu à peu dans l’architecture civile pour les petites ouvertures, généralement situées en haut des murs. Même les familles nobles les plus fortunées ne possèdent que très peu d’ouvertures extérieures fermées au moyen de vitraux.

     

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

    Vitrail civil médiéval 

     

    Le verre est un produit si luxueux au Moyen Âge, qu’avant le XIIème siècle, seules les cathédrales et les abbayes les plus riches pouvaient en acquérir. Il n’était d’ailleurs pas rare que de riches corporations marchandes ou d’artisans fassent don de vitraux à leur église. A partir du XIVème siècle, les vitrages en verre se diffusent peu à peu dans la très haute noblesse.

    Les vitraux sont alors généralement incolores avec seulement les bordures et le centre en couleurs. La technique du jaune d’argent permet, en appliquant de la poudre d’argent avant la nouvelle cuisson, de dessiner des motifs jaune vif sur le verre. En France, l’on privilégie les losanges de verre, alors qu’en Italie, ce sont de petites plaquettes rondes qui ont la faveur des clients.

     

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

     

    Dès le XVème siècle, la technique du vitrail atteint son apogée. Les couleurs sont chatoyantes, le jaune d’argent permet de faire apparaître des motifs en grattant une couche colorée, ou encore de changer simplement le bleu en vert pour plus de nuances. Il est possible, avec de la poudre d’émail, de faire des motifs de lignes ou autres directement dans la plaque de verre avant cuisson, offrant une palette élargie aux artisans verriers.

     

    Différents verres pour différents usages

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

    Vaisselle médiévale 

     

    Mais le verre n’est pas seulement utilisé en vitrail, flacons, ampoules, verres à boire, vaisselle, lampes, bijoux miroirs, verres médicaux et verres optiques, les usages se multiplient. Les verres à boire, objets de luxe et de raffinement, font partie de la vaisselle d’apparat. Même dans la bourgeoisie, il est rare de posséder plus d’un verre, et il est d’usage de se faire représenter sur son portrait avec un verre de vin, signe de richesse et de raffinement. Pour les banquets, les verres sont loués. Les verres sur de longs pieds, ou encore émaillés, sont les plus recherchés.

    L’Église commande également des objets en verre, pour la liturgie cette fois. Bien que très précieux de par sa fragilité, le verre n’est pas volé dans les trésors d’églises. Outre les calices, le verre transparent permet le développement des reliquaires monstrances présents dans de nombreux lieux de cultes et musées. Les églises commandent également de nombreuses lampes en verre dont la lumière si particulière est propice aux lieux de culte. Le verre est également utilisé sous forme d’émaux ou de verroterie sur les reliquaires et les objets de culte.

     

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

    Lunettes médiévales

     

    Les fascinants techniques et usages du verre au Moyen Âge

     Affiche de l’exposition le Verre Un Moyen Âge inventif

     

    La science est également friande de verre. Les médecins médiévaux ont besoin de verre très transparent pour l’observation des urines des patients et ainsi déterminer de quel mal ils sont atteints à partir de l’une des 21 nuances recensées. Le verre est également utilisé dans la distillation pour les décoctions médicinales. Les verres d’optique se développent vers la fin du Moyen Âge, avec l’apparition des miroirs d’études et les premières lunettes. Les miroirs d’études étaient convexes et recouverts de plomb réfléchissant. Les lunettes étant assez inconfortables, les érudits et les copistes préféraient écrire à l’aide de ces miroirs grossissants.

    Ainsi, tout au long du Moyen Âge, les techniques et les usages du verre ont beaucoup évolué. Si le sujet vous intéresse, une exposition sur le verre au Moyen Âge a lieu jusqu’au 8 janvier 2018 au Musée de Cluny.

    Article paru dans Daily Geek Show


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires