• Stonehenge est l’un des monuments les plus célèbres du monde. Il se trouve sur la plaine de Salisbury, dans le Wiltshire, et ses pierres géantes peuvent être vues à des kilomètres. Stonehenge a été construit sur plusieurs centaines d’années. Le travail est estimé avoir commencé à l’âge néolithique tardif, vers 3000 av. J.-C. Au cours des mille prochaines années, les gens ont apporté de nombreux changements au monument. Les dernières modifications ont été apportées au début de l’âge du bronze, vers 1500 av. J.-C.. Jusqu’à présent, nous ignorons encore pourquoi Stonehenge a été construit.

     

    Stonehenge est un monument préhistorique constitué d’un anneau d’environ 100 pierres dressées. Chacune des pierres mesure environ 4 mètres de hauteur, 2 mètres de largeur, et pèse environ 25 tonnes. Les archéologues pensent que Stonehenge a été construit entre 3000 et 2000 av. J.-C. La datation au radiocarbone suggère que les premières pierres bleues qui constitue le monument y ont été dressées entre 2400 et 2200 av. J.-C.

     

    Un lieu qui fascine la communauté scientifique depuis des siècles


    Stonehenge est considéré comme une icône culturelle britannique. Depuis 1882, il est un monument antique classé protégé par la loi, lorsque la législation visant à protéger les monuments historiques a été introduite avec succès en Grande-Bretagne. Le site et ses environs ont également été ajoutés à la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1986. Stonehenge appartient à la Couronne etest géré par English Heritage, et les terres environnantes sont la propriété du National Trust.

     

    De nombreux spécialistes modernes pensent que Stonehenge était autrefois un cimetière, mais ils n’ont pas encore déterminé à quels autres objectifs ils servaient et comment une civilisation sans technologie moderne a pu construire un monument si imposant. Sa construction est d’autant plus déconcertante que, si les plaques de grès de son anneau externe proviennent de carrières locales, les scientifiques ont retracé les pierres bleues qui composent son anneau intérieur jusqu’aux collines de Preseli au pays de Galles, à environ 300 kilomètres de Stonehenge.

     

    Un lieu qui fascine la communauté scientifique depuis des siècles


    Qui a construit Stonehenge ?

    Selon l’écrivain du XIIème siècle, Geoffrey de Monmouth, Stonehenge est l’œuvre du magicien Merlin. Au milieu du cinquième siècle, l’histoire raconte que des centaines de nobles britanniques ont été massacrés par les Saxons et enterrés dans la plaine de Salisbury. Dans l’espoir d’ériger un mémorial à ses sujets tombés au combat, le roi Aureoles Ambrosias envoya une armée en Irlande pour récupérer un cercle de pierre connu sous le nom de « anneau des géants », construit par d’anciens géants africains à partir de pierres bleues magiques africaines.

     

    Les soldats ont réussi à vaincre les Irlandais, mais n’ont pas réussi à déplacer les pierres, alors Merlin a utilisé sa sorcellerie pour les faire traverser la mer et les arranger au-dessus de la fosse commune. Selon la légende, Ambrosias et son frère Uther, le père du roi Arthur, y sont également enterrés. Alors que beaucoup pensaient que le récit de Monmouth était la véritable histoire de la création de Stonehenge pendant des siècles, la construction du monument date de plusieurs milliers d’années avant Merlin, ou du moins du personnage réel qui l’aurait inspiré.

     

    Un lieu qui fascine la communauté scientifique depuis des siècles


    D’autres hypothèses antérieures attribuent sa construction aux Saxons, aux Danois, aux Romains, aux Grecs ou aux Égyptiens. Au XVIIème siècle, l’archéologue John Aubrey affirma que Stonehenge était l’œuvre des grands prêtres celtes connus sous le nom de druides, une théorie largement popularisée par l’antiquaire William Stukeley, qui avait découvert des tombes primitives sur le site. Même aujourd’hui, les personnes qui s’identifient comme des druides modernes continuent de se rassembler à Stonehenge pour le solstice d’été. Cependant, au milieu du XXème siècle, la datation au radiocarbone a montré que Stonehenge était là 1000 ans avant que les Celtes habitent la région, éliminant les anciens druides de la course.

     

    Fonction et importance de Stonehenge

    Stonehenge a été produit par une culture qui n’a laissé aucune trace écrite. De nombreux aspects de Stonehenge, tels que la façon dont il a été construit et les objectifs pour lesquels il a été utilisé, restent sujets à débat. Un certain nombre de mythes entourent les pierres. De nombreuses preuves archéologiques démontrent que Stonehenge a été utilisé comme lieu de sépulture, du moins pour une partie de sa longue histoire ; mais la plupart des érudits pensent qu’elle a également servi à d’autres fonctions : site cérémoniel, lieu de pèlerinage religieux, mémorial, ou lieu de culte mystique.

     

    Un lieu qui fascine la communauté scientifique depuis des siècles


    Dans les années 1960, l’astronome Gerald Hawkins a suggéré que le groupe de pierres mégalithiques fonctionnait comme un calendrier astronomique, avec différents points correspondant à des phénomènes astrologiques tels que des solstices, des équinoxes et des éclipses. Le site, en particulier le grand trilithon, l’arrangement encerclant des cinq trilithons centraux, la pierre du talon et l’avenue en forme de talus, sont alignés sur le coucher du soleil du solstice d’hiver et le lever du soleil opposé du solstice d’été. Alors que sa théorie a reçu beaucoup d’attention au fil des ans, les critiques affirment que les constructeurs de Stonehenge n’avaient probablement pas les connaissances nécessaires pour prédire de tels événements.

     

    Actuellement, Stonehenge est le plus célèbre cercle de pierres au monde, visité par plus d’un million de personnes par an. Il représente une icône pour tout ce qui est mystérieux et impressionnant sur le passé préhistorique de l’humanité. Pendant plus d’un siècle, de nombreuses personnes se sont réunies sur le site pour célébrer le solstice d’été. Bien que cette réunion ait été interdite en 1985 à la suite de violents affrontements avec la police, le rassemblement annuel a repris en 2000 et attire aujourd’hui plus de 30 000 personnes.

     


    votre commentaire
  • Où l’on découvre qu’on peut compter sur ses vieux copains jusqu’au bout.

     

    1922. Le grand homme d’État Georges Clemenceau est désemparé. Pourtant, l’octogénaire fraîchement retraité mène une vie paisible dans sa maison de Saint-Vincent-sur-Jard. Qu’est-ce qui peut bien le désespérer à ce point ?

     

    Mon cher bon vieux bipède

    Georges Clemenceau dans son kiosque, entre 1920 et 1929, Musée Clemenceau, Paris, photo : © Philippe Berthé Voir en grand

     

    Son vieil ami, le peintre Claude Monet, est une vraie tête de mule. Alors que sa vue baisse de jour en jour, il refuse l’opération qui pourrait lui rendre ses yeux.
    Clemenceau ne sait plus quoi faire pour le convaincre. Il l’encourage, le complimente, se fâche, le traite d’enfant gâté... Rien n’y fait.

     

    Mon cher bon vieux bipède

    Gaspard-Félix Tournachon dit Nadar, Claude Monet, 1899, photographie

    Voir en grand

     

    Cela fait plus de cinquante ans que les deux compères se connaissent. Clemenceau ne tarit pas d’éloges sur la peinture de Monet : « Je vous aime parce que vous êtes vous et que vous m’avez appris à comprendre la lumière. »

    Leur abondante correspondance est truffée de petits surnoms pleins d’humour et de tendresse : « mon vieux hérisson sinistre », « mon pauvre vieux crustacé », « mon cher bon vieux bipède »...

     

    Mon cher bon vieux bipède

    Henri Martinie, Georges Clemenceau, Claude Monet et Lily Butler sur le pont japonais de Giverny, juin 1921, photographie, Musée Clemenceau, Paris Voir en grand

     

    Malgré l’affection qu’il porte à son ami, Monet continue de refuser l’opération. Il a trop peur de perdre définitivement ce qui lui reste de vision.
    Clemenceau décide alors de convoquer un allié inattendu : Dieu. Il prend la plume et rédige un petit conte où Dieu s’adresse directement à Monet :

    « Quelle est donc ton excuse ? Je me suis dérangé du néant pour te dire que tu n’en as pas.»

     

    Mon cher bon vieux bipède

    Henri Martinie, Georges Clemenceau, entre 1920 et 1929, photographie, Musée Clemenceau, Paris, photo : © Philippe Berthé Voir en grand

     

    Finalement, Monet se laisse convaincre. Grâce à l’opération, et au soutien inconditionnel de son ami, il consacre ses dernières années à son ultime chef-d’œuvre, Les Nymphéas.

    Clemenceau écrivait : « Monet, vous mourrez en faisant de la peinture, et le diable m’emporte si, en arrivant au paradis, je ne vous retrouve pas un pinceau à la main... »

     

    Mon cher bon vieux bipède

    Claude Monet, Les Nymphéas : Matin, vers 1915-1926, huile sur toile, 200 x 1275 cm, Musée de l'Orangerie, Paris, photo : Jon Voir en grand

     

    Pour en savoir plus :

    Clemenceau l’amoureux des arts n'est qu'une des nombreuses facettes de ce personnage. C'est ce que présente la passionnante exposition « Georges Clemenceau, le courage de la République » jusqu’au 10 février au Panthéon à Paris.
    Photographies, correspondances, archives familiales de
    la maison de Saint-Vincent-sur-Jard… De quoi découvrir Clemenceau sous toutes les coutures !

     

    Mon cher bon vieux bipède

    Voir la bande-annonce de l'exposition "Georges Clemenceau, le courage de la République"

    https://www.youtube.com/watch?v=gilAalGuXAA 

     

    Article paru dans Artips

     


    votre commentaire
  • La belle ville de Dubaï est faite dans la démesure. Bien que ce pays se trouve au beau milieu du désert, il possède sa propre jungle artificielle, des plages, et même d’immenses patinoires de taille olympique. En effet, tout est incroyable à Dubaï, et la ville abrite même le Burj Khalifa, qui n’est rien d’autre que la tour la plus haute au monde ; et sans aucun doute l’un des complexes hôteliers et commerciaux les plus luxueux au monde. Le Burj Khalifa pourrait cependant être bientôt détrôné, étant donné qu’un bâtiment encore plus grand, la tour de Djeddah, est en construction à Jeddah en Arabie Saoudite, et fera plus d’un kilomètre de hauteur.

     

     

    Burj Khalifa ou Khalifa Tower est un très haut gratte-ciel situé à Dubaï, dans les Émirats Arabes Unis. C’est le plus haut bâtiment du monde qui n’ait jamais été construit, et il s’élève à 828 mètres au-dessus du sol. Le bâtiment est composé de 200 étages dont 162 étages sont habitables. La construction de la tour a débuté en 2004. Le bâtiment a été officiellement inauguré le 4 janvier 2010, et est alors devenu officiellement la plus haute structure faite par les humains dans le monde. Le bâtiment mesure plus de 300 mètres de plus que Taipei 101. Taipei 101 était le plus haut bâtiment jusqu’en 2010 avant l’inauguration de Burj Khalifa.

     

    La plus haute structure jamais construite par l’Homme


    Le projet Burj Khalifa, qui a nécessité un investissement d’un montant de 1,5 milliard de dollars, a été dévoilé en janvier 2010 par le souverain de Dubaï. Au plus fort des travaux de construction, plus de 12 000 travailleurs internationaux étaient sur place chaque jour, enregistrant un total collectif de 22 millions d’heures de travail au cours des six années qu’il avait fallu pour terminer la tour. Le Burj Khalifa est deux fois plus haut que l’Empire State Building de New York et trois fois plus haut que la tour Eiffel à Paris.

     

    Le projet Burj Khalifa et ses origines

    Burj Khalifa, connu sous le nom de Burj Dubaï pendant sa construction, a été officiellement nommé en l’honneur du président de l’émirat voisin d’Abu Dhabi, le cheikh Khalifah Ibn Zayid Al Nahyan, afin d’épurer les dettes de Dubaï envers ce pays. Bien que la tour ait été officiellement ouverte le 4 janvier 2010, la totalité de l’intérieur du bâtiment n’était pas encore prête à l’usage à ce moment-là. Construite pour accueillir diverses entreprises commerciales, résidentielles et hôtelières, la tour a été conçue par le cabinet d’architectes Skidmore, Owings & Merrill, basé à Chicago. Adrian Smith en était architecte et William F. Baker, l’ingénieur en structure.

     

    La plus haute structure jamais construite par l’Homme


    Le bâtiment fait partie du projet Burj Dubai Center, construit sur une superficie de 2 kilomètres carrés, à proximité du centre économique de la ville. Outre la participation du cabinet Skidmore, Owings & Merrill, la construction effective de la tour a été confiée à la société sud-coréenne Samsung C&T. Rappelons que c’est cette société qui a également été engagée dans la construction de la tour Taipei 101 et des tours Petronas. Turner Construction Company a été choisi comme gestionnaire de projet, et Hyder Consulting pour le génie structural et mécanique.

     

    Burj Khalifa a été conçu pour être la pièce maîtresse d’un développement à grande échelle et à usage mixte comprenant 30 000 logements, neuf hôtels, 3 hectares de parcs, au moins 19 tours résidentielles, un centre commercial, et un lac artificiel de 12 hectares. La décision de construire Burj Khalifa avait été basée sur la décision du gouvernement de passer d’une économie basée sur le pétrole à une économie basée sur les services et le tourisme. Selon des responsables, il était nécessaire de construire des projets tels que Burj Khalifa afin de gagner une reconnaissance internationale, et représenter ainsi un attrait pour les investisseurs.

     

    Le Burj Khalifa, un immense paradis sur terre

    L’apparence du Burj Khalifa est basée sur une fleur appelée Hymenocallis, qui est originaire des États du sud des États-Unis, d’Amérique du Sud et du Mexique. L’extérieur de la tour se compose de 142 000 mètres carrés de verre, d’aluminium, et d’acier inoxydable. L’espace hôtel de la tour a été décoré par Giorgio Armani. L’Hôtel Armani occupe notamment 15 des 39 premiers étages du bâtiment. Jusqu’au 108e étage, les étages sont composés d’environ 900 appartements privés. Au total, la tour peut accueillir 25 000 résidents dans ses divers logements.

    Le 76ème étage de la tour a une piscine. Les étages restants sont remplis de bureaux, sauf les étages 122, 123 et 124, qui sont occupés par des restaurants de renommée internationale qui ont des terrasses pour pouvoir admirer la vue. La terrasse extérieure, ouverte le 5 janvier 2010, est la plus haute du monde, et est située à 440 mètres du sol. L’un des plus grands défis concernant le Burj Khalifa est relatif à son entretien. Par exemple, afin de laver les 24 348 fenêtres de la tour, des machines à laver, lourdes de 1,5 tonne, sont utilisées grâce à des chemins spéciaux placés à l’extérieur de la tour. Ce système de nettoyage a été mis au point en Australie et a coûté environ 8 millions de dollars australiens.

     

    La plus haute structure jamais construite par l’Homme

     

    Bien évidemment, le Burj Khalifa a attiré de nombreuses célébrités et personnalités du monde entier. L’une des visites les plus remarquables a été celle de l’acteur Tom Cruise qui y a tourné l’une des meilleures cascades de « Mission Impossible : Ghost Protocol » en 2010. Si la tour plaît tellement aux plus nantis de ce monde, c’est parce que chaque invité y reçoit un accueil VIP et se voit attribuer un majordome personnel à son arrivée, ainsi que d’autres petites attentions auxquelles il est difficile de résister.

     

    Source Wikipédia

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Dans le langage moderne, une « boîte de Pandore » est une métaphore, une phrase proverbiale qui se réfère à une source de complications sans fin, ou à des problèmes découlant d’une simple erreur de calcul. L’histoire de la fameuse boîte de Pandore vient de la mythologie grecque antique, en particulier d’un ensemble de poèmes épiques d’Hésiode. Rédigés au VIIème siècle avant notre ère, ces poèmes racontent comment les dieux ont créé Pandora, et comment le cadeau que Zeus lui a donné mit fin à l’âge d’or de l’humanité.

     

    Selon la mythologie grecque, Pandora était la première femme créée par le dieu Zeus. Elle a été créée pour punir l’humanité après que Prométhée eut volé le feu pour un usage destiné aux humains. Pandora possédait une boîte, connue aujourd’hui sous le nom de boîte de Pandore, qui contenait tous les maux du monde. On lui a dit de ne jamais ouvrir la boîte. Cependant, elle ne put s’empêcher d’y jeter un coup d’œil furtif et, après l’avoir ouvert, aurait déclenché tout le mal qu’il existe dans le monde. Par la suite, elle essaya de fermer le couvercle, mais il était trop tard. Un seul des dons donnés par les dieux est resté dans la boîte : l’espoir.

     

    Un épisode captivant de la mythologie grecque


    Le mythe de la boîte de Pandore a été largement critiqué comme étant un parfait exemple de misogynie, car il attribue l’origine du mal dans l’univers à l’existence d’une femme. Dans le langage populaire d’aujourd’hui, le dicton « ouvrir la boîte de Pandore » suggère le fait de soulever un problème, ou de générer une situation, qui aggravera probablement la situation au lieu de l’atténuer, ou de le résoudre.

     

    L’origine de la boîte de Pandore et de l’humanité : une histoire étroitement liée

     

    Comme cité précédemment, la fameuse boîte trouve ses origines dans la mythologie grecque. Pandora, dont le nom signifie « celle qui donne tout », a été la première femme sur la terre. Avant les humains, il n’y avait que les immortels, les dieux et les titans. Les frères Prométhée et Épiméthée étaient des Titans, et ils s’étaient battus au côté des dieux dans une guerre épique. Certains disent qu’ils étaient des cousins de Zeus, le roi des dieux.

     

    Un épisode captivant de la mythologie grecque


    Zeus avait demandé à Prométhée de créer un homme avec de l’argile et de l’eau. De son côté, Épiméthée a dû créer les animaux et leur donner les dons du courage, de la rapidité, etc. Il a donné tous les cadeaux aux animaux et n’en a laissé aucun pour les hommes. Prométhée a donc décidé de donner une arme à l’homme : le feu. Prométhée a alors volé le feu. Certains disent que ce feu provenait de la foudre de Zeus, d’autres du soleil, et d’autres de la forge d’Héphaïstos.

     

    Zeus n’a cependant pas apprécié ce cadeau donné à l’humanité, et il a alors décidé de créer Pandora pour punir Prométhée. Comme les humains, Pandora a été créée à partir d’eau et de terre. Chaque dieu et déesse a ensuite donné à Pandora des cadeaux : la beauté, le charme, la musique, et d’autres talents incomparables. Mais ils lui ont également donné des dons, tels que la curiosité, l’orgueil, ou encore la fierté ; bref, de nombreux traits de personnalité à double tranchant.

     

    Un épisode captivant de la mythologie grecque


    Ensuite, on a donné un contenant à Pandora. Dans les récits grecs originaux, il s’agissait d’un pot en argile. Le pot ne devint une boîte qu’au XVIe siècle de notre ère. C’est un érudit appelé Erasmus, résidant à Rotterdam, en Hollande, qui a traduit l’histoire de Pandore d’après les écrits d’Hésiode. Hésiode était un poète grec qui a vécu environ au VIIe siècle av. J.-C.. Erasmus a traduit le grec en latin, et a traduit le mot grec « pithos » qui signifie jar, en un mot latin signifiant boîte : « pyxis ».

     

    La boîte de pandore dans la culture populaire

    L’expression « ouvrir la boîte de Pandore » est largement utilisée au quotidien par un grand nombre de gens. De son côté l’histoire de la boîte et de son propriétaire a inspiré un grand nombre d’œuvres artistiques, qu’il s’agisse de livre, de film, d’art plastique ou encore de jeu vidéo. Dans le livre de Rick Riordan, Percy Jackson, par exemple, Prométhée donne au héros une urne de Pandore, un artefact puissant qui pose des problèmes aux protagonistes tout au long du livre.

    Dans le deuxième volet de la série Tomb Raider, l’héroïne, Lara Croft, découvre la boîte de Pandore cachée dans un temple. L’une des problématiques qui sont encore évoquées à propos de la boîte de Pandore concerne le fait que le seul don qui soit resté dans la boîte soit l’espoir. Les grands penseurs d’aujourd’hui essaient encore de décrypter la signification de cet état des faits. Certains disent que cela signifie qu’il n’y a plus d’espoir sur terre. Certains autres pointent du doigt le fait que l’espoir serait également une malédiction, comme tout ce qui a été enfermé dans la boîte.

     

    Article paru dans dailygeekshow

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Où l’on fait la connaissance d’un couple uni jusque sous nos pieds.

    Les visiteurs qui se promènent aujourd’hui dans les hospices de Beaune ont souvent le nez en l’air. Il faut dire que les poutres colorées valent le coup d’œil…
    Mais ceux qui regardent leurs pieds découvrent une petite énigme : sur certains pavés se trouvent les lettres N et G, entourées du mot "Seule". Qu’est-ce que tout cela peut bien signifier ?

     

    Hôpital cinq étoiles

     En haut : Intérieur de l'Hôtel Dieu, 1443-1452, Beaune

    En bas : Le sol pavé de l'Hôtel Dieu, 2012, Beaune, photos : Alain Doire / Bourgogne-Franche-Comté Tourisme Voir en grand 

     

    Pour le comprendre, il faut remonter au XVème siècle. Beaune est touchée par la famine et ses habitants vivent dans une effroyable misère. Impossible pour eux de se soigner. Nicolas Rolin et son épouse Guigone de Salins décident de prendre les choses en main : ils font bâtir, entièrement à leurs frais, un hôpital.

     

    Hôpital cinq étoiles

     Rogier van der Weyden, Polyptyque du Jugement dernier, retable fermé avec Nicolas Rolin (à gauche) et Guigone de Salins (à droite), entre 1444 et 1450, huile sur bois, 220 × 548 cm, Hôtel Dieu, Beaune, photo : Daniel Villafruela Voir en grand 

     

     

    Pas question de seulement faire dans le fonctionnel ! Ce vaste "Palais des Pôvres" est, en plus, très beau. L’architecture de style gothique est richement décorée, avec un toit recouvert de tuiles aux vernis colorés.

     

     

    Hôpital cinq étoiles

    L'Hôtel Dieu, 1443-1452, Beaune, photo : Alain Doire / Bourgogne-Franche-Comté Tourisme Voir en grand 

     

    Ce n’est pas tout : l’établissement possède une collection d’œuvres d’art, dont un chef-d’œuvre du peintre Rogier van der Weyden. Comment ont-ils les moyens de faire tout cela ? Monsieur a un beau poste, chancelier (l’équivalent d’un ministre actuel). Quant à Madame, elle tire ses revenus de l’extraction du sel à Salins-les-Bains.

     

    Hôpital cinq étoiles

    Rogier van der Weyden, Polyptyque du Jugement dernier, retable ouvert, entre 1444 et 1450, huile sur bois, 220 × 548 cm, Hôtel Dieu, Beaune, photo : Daniel Villafruela Voir en grand 

     

    Le nom des deux bienfaiteurs a survécu dans les pavés : G pour Guigone, et N pour Nicolas. Quant au mot "seule", il s’agit de leur devise. Cela signifie que Guigone est la seule femme dans les pensées de son époux. Si ce n’est pas mignon !

     

    Hôpital cinq étoiles

    Le sol pavé de l'Hôtel Dieu, 1443-1452, Beaune, photo : Alain Doire / Bourgogne-Franche-Comté Tourisme Voir en grand 

     

    Pour en savoir plus : En tous cas, les deux tourtereaux voyaient grand. Cet immense « Palais des Pôvres » est un bel exemple de la richesse du patrimoine de Bourgogne -Franche-Comté. Tapisseries, tableaux, objets d'art… Les malades étaient bien entourés !

     

    Pour plus d'informations sur l'Hôtel Dieu, c'est ici ! photo : Alain Doire / Bourgogne-Franche-Comté Tourisme

    http://hospices-de-beaune.com/index.php?/hospicesdebeaune/L-Hotel-Dieu/Le-Musee

     

    Article paru dans Artips

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires