• Samedi 4 octobre à Alicante (Espagne)

     Samedi 4 octobre à Alicante (Espagne)

    Inauguration sur le port, face à la Méditerranée et à l’Algérie, d’une magnifique statue, de 2,3 mètres de hauteur, réalisée par Toni Mari Sart. Elle représente un habitant d’Alicante ouvrant ses bras pour accueillir un « Pied-Noir » débarquant d’Oranie avec son maigre bagage.

    Cette manifestation sera un grand succès et l’occasion de prouver aux Alicantinos et Alicantinas que la reconnaissance des « Pieds-Noirs » sera éternelle parce qu’ils n’oublieront jamais ! 52 ans plus tard, il est nécessaire de rappeler que plus de 30000 « Pieds-Noirs », « colons » qui, génération après génération ont construit l’Algérie Française et pour la grande majorité d’origine espagnole ont choisi de rejoindre l’Espagne plutôt que la France métropolitaine. Heureuse a été leur décision car ils ont été reçus par les espagnols comme leurs enfants, leurs frères, leurs familles.

    Je me trouvais sur ce même port d’Alicante en juin 1962, envoyé spécial de mon journal « L’Aurore », et j’ai eu le privilège d’assister à leur débarquement et d’apprécier comment les Alicantinos et Alicantinas leur ont ouvert leur cœur et leur maison.

    Un mois plus tôt je me trouvais à Marseille et le spectacle était totalement différent.

    Voilà l’accueil de la France métropolitaine !!!

    En France, à Marseille, donc « chez nous », des centaines de familles couchaient dans les rues et sur la place de l’Opéra, sur des couvertures jetées à même le sol, sous les regards méprisants, pour ne pas dire haineux, de la majorité des marseillais, avec des dockers qui jetaient les maigres containers à la mer et dérobaient tout ce qui avait un peu de valeur et, surtout, de l’accueil « chaleureux » du maire, le bafouilleur Gaston Defferre :

    « Je ne les recevrais pas ici. D’ailleurs nous n’avons pas de place. Rien n’est prêt. Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront ! En aucun cas et à aucun prix je ne veux des « Pieds-Noirs » à Marseille. Français d’Algérie allez-vous faire réadapter ailleurs. Il faut les pendre, les fusiller, les rejeter à la mer. Jamais je ne les recevrai dans ma cité. Qu’ils quittent Marseille en vitesse »

    Organisée par « La maison de France » d’Alicante sous le parrainage de la Mairie d’Alicante.

    Merci à l’Espagne, merci à Alicante.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :