• Solar Impulse 2, prêt pour son tour du monde

    L'avion solaire va rejoindre Abu Dhabi, point de départ et d'arrivée d'un périple de cinq mois autour du globe. Pour qu'il puisse accomplir cet exploit, ses concepteurs ont dû rivaliser d'imagination.

    Le premier avion conçu pour faire le tour du monde sans carburant vient d'achever ses essais et s'apprête à rejoindre la capitales des États arabes unis. Solar Impulse 2 y décollera au printemps 2015 pour un périple de 35000 kilomètre, en cinq , dont la plus longue, étape au-dessus du Pacifique, durera cinq jours. Les pilotes suisses Bertrand Piccard et André Borschberg se relaieront aux commandes, dans une cabine où les températures pourront varier de + 40 à - 40°C ! Une combinaison intelligente en fibre de Nylon leur permettra de réguler leur chaleur corporelle. Cet engin solaire révolutionnaire est le fruit de douze années de travail acharné mené par 80 ingénieurs et techniciens.

    Plus de 17000 cellules solaires sur le fuselage

    Des cellules ultra-fines (135 microns d'épaisseur) tapissent les parties supérieures des ailes de l'avion, de son fuselage et de son stabilisateur horizontal. Elles sont encapsulées dans un film transparent afin de résister aux pires intempéries. Durant la journée, elles fournissent suffisamment d'électricité pour propulser le Solar Impulse et charger les quatre batteries au lithium polymère, de 158 kg chacune, qui servent à l'alimenter pendant la nuit.

    Une redoutable efficacité énergétique

    Les quatre moteurs tournent à seulement 17,5 CV chacun (l'équivalent d'un petit scooter) , mais le Solar Impulse 2 est si léger qu'ils parviennent à le faire grimper jusqu'à 8500 m d'altitude à une vitesse maximale de 140 km/h. De plus, alors qu'un moteur d'avion classique ne peut fonctionner sans discontinuer de plus de treize heures, ceux de Solar tiennent cinq jours.

    Des ailes légères en fibre de carbone

    L'appareil est doté d'ailes de 72 m d'envergure (plus amples que celle d'un Boeing 747) afin d'offrir assez de surface aux cellules solaires. Pourtant, il ne pèse que 2300 kg, le poids d'un petit utilitaire. La structure des ailes est constituée de feuilles de carbone ultra-résistantes et d'une légèreté jamais vue : elles pèsent trois moins qu'une feuille de papier.

    Une cabine bourrée d'électronique

    Seul dans sa cabine de 3,8 m3, le pilote peut compter sur l'aide de l'ordinateur de bord, qui fait office de copilote. Ce dernier fait vibrer le manche en cas de problème et alerte aussitôt l'équipe au sol. Tous les appareils électroniques sont dupliqués pour parer les pannes éventuelles. Le pilote dispose aussi d'un siège modulable pouvant servir de lit et de toilettes. Un parachute et un canot de sauvetage sont intégrer dans le dossier.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique