• Traître

    Quelques jours après la fin de la guerre, en 1945, les troupes américaines découvrent un trésor inouï : plus de mille peintures de maîtres dans une mine de sel en Autriche. C'est l'impressionnante collection de Göring, chef du parti nazi, fruit de vols et de spoliations. Un tableau intrigue les enquêteurs : Le Christ et la femme adultère de Johannes Vermeer.

     

    Traître
    Les soldats tenant « Le Christ et la femme adultère »

     

    Ils remontent la piste jusqu'au marchand : un certain Han Van Meegeren.
    Immédiatement, les autorités l'inculpent de "pillage de trésors nationaux au profit de l'ennemi". Il encourt la peine de mort. Face aux juges, Van Meegeren explique que ce n'est pas un trésor national qu'il a vendu aux nazis... puisque le Vermeer n'en est pas un ! Les juges s'étonnent : le tableau avait été expertisé par Abraham Bredius, le plus grand expert du XVIIe siècle hollandais.

     

    Traître
     Han van Meegeren, Le Christ et la femme adultère, 1942

     

    Van Meegeren persiste et explique la supercherie. Il a mis au point un procédé ingénieux qui imite à la perfection la technique des œuvres du Siècle d'Or. Il a ainsi vendu au Musée de Rotterdam un Christ à Emmaüs salué par les experts comme l'une des plus belles productions de Vermeer et une douzaine d'autres faux.

     

    Traître
     Han van Meegeren, Christ à Emmaüs, Musée Boijmans-Van Beuningen, Rotterdam

     

    Aux juges incrédules, il propose une démonstration. Et devant une commission d'experts médusés, dans sa cellule, il exécute en cinq mois Le Christ au temple, œuvre inédite de Vermeer. Il passa ainsi du statut de collabo, à celui, sinon de résistant, du moins de falsificateur malicieux qui avait su duper Göring. Une supercherie d'autant plus réussie que Göring avait dû restituer 200 tableaux à la Hollande pour acquérir son « Vermeer ».

     

    Traître
     Han van Meegeren peignant « Le Christ au temple »

     

    Traître

    Le procès de Han van Meegeren

     Article paru dans Artips 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :